jeudi 7 décembre 2006

Cinéma

Souris City

07 12 2006

Pendant longtemps, le studio Aardman était réputé pour ses films d'animation à partir de personnages en pâte à modeler le dernier en date étant Wallace et Gromit et le mystère du lapin-garou.
Seulement voilà à l'heure où les films d'animation en image de synthèse sorte d'un studio au rythme moyen d'un film par an il est difficile pour Aardman de faire un film tout les 3 ou 4 ans... Qu'à cela ne tienne, le studio cède à l'évolution numérique.

Mais si le film est en image de synthèse, le style des personnages reste propre à Aardman et on reconnait le style pâte à modeler au détail près avec quelques effets propre à leur ancienne façon de faire. Sur ce point là le film est une réussite car il arrive, par moment, à nous faire oublier que nous sommes face à un film en image de synthèse.
Au niveau de l'histoire Aardman ne prétend pas révolutionner le genre et c'est tant mieux car ce n'est pas le cas. L'histoire est tout de même menée de manière correcte et sans temps mort preuve que le studio maîtrise son sujet.

On reconnait aussi la patte Aardman à cet humour anglais présent durant tout le long du film et aussi de part les petits personnages présent durant tout le film apportant une touche d'humour inattendue.
Ici les personnages en question sont des limaces dont les apparitions font toujours rire et qui reviennent tout le long du film.

Résumons nous, Souris City est la première incurtion du studio Aardman dans l'animation de synthèse et malgré un thème classique le film reste plaisant d'un bout à l'autre sans pour autant révolutionner le genre.
Le point essentiel est tout de même que le studio n'a rien perdu de son style en passant à la 3D et c'est très rassurant pour les productions à venir.