lundi 26 juin 2006

General

Mon amie Ségolène - Episode 2

26 06 2006

Lundi, le week-end est passé et la gay pride (pardon on dit marche des fiertés maintenant) aussi mais après ses propos on s'attendais à voir l'amie Ségolène défiler sous le soleil parisien au rythme de la techno.
Et bien il n'en fut rien !

Bien entendu on y a vu d'autres membres du parti tel que François (H.) et Dominique (S.K.) plus les habitués de ce même parti à savoir Bertrand (D.) et Jack (L.) qui a trouvé la marche et ses participants formidable (comme d'hab' quoi).
Mais il manquait mon amie Ségolène... Il faut dire que maintenant tout le monde aime les gays depuis que Ségolène a dit qu'elle était pour le mariage et l'adoption...

Même Sarko a lancé une réflexion sur le sujet...
Je tiens juste à lui préciser que nous ne sommes pas un sujet du bac de philo mais des personnes vivantes avec le droit de vote (très important).

Bref, j'ai cherché et je me suis demandé pourquoi elle était pas là... Et je me suis dis que la raison pouvait bien être François... Déjà qu'il n'est pas l'homme du couple (ni de son parti d'ailleurs) il a peut être décidé d'enfermer la pauvre Ségolène tel Cendrillon et l'a privée de défiler avec ses nouveaux amis gays.
En poussant un peu on peut aussi parler d'enlèvement par les extra-terrestre, d'un match intéressant à la télé (on est en pleine coupe du monde), d'une visite impromptue de dernière minute de la tante Gladys, ...
Je pourrai en faire des pages...

Vous savez quoi ? Je crois que si elle n'est pas venue, c'est pour pas être ridicule.
Parce que défiler en costard/cravate à la marche des fiertés (Gay pride pour ceux qui ont pas encore suivi) c'est vraiment ridicule et ça fait vraiment le mec qui cherche des voix pour 2007...
Rien ne sert de défiler il faut se montrer à point, comme aurait dis l'autre.
Y'a pas à dire... Je crois qu'elle est vraiment forte ma copine Ségolène... ;-)

Cinéma

Cars

26 06 2006

La fête du ciné bats son plein en ce moment, c'est l'instant idéal de vous parlez d'un film à voir absolument : Cars.

Cela devait être le dernier Pixar sous l'égide de Disney et on sait maintenant que ce ne sera pas le cas et peut être que c'est tant mieux.
Cars nous présente donc le bolide Flash McQueen qui ne rêve que de gloire et surtout de gagner la fameuse Piston Cup dès sa première année de participation.
Seulement voilà le destin voudra qu'il se perde sur le chemin le menant en Californie et qu'il se retrouve à faire des travaux d'intérêt général à Radiator Springs, une petite bourgade paumée sur la route 66.
C'est ici qu'il fera la connaissance des habitants et qu'il découvrira que dans la vie le plus important ce n'est pas de gagner.

Une fois de plus Pixar met la barre haut et en terme d'image le résultat est impressionant, il faut voir les décors magnifique et les reflets sur la carrosserie de ces petites voitures pour s'en rendre compte.
Mais c'est surtout l'humanité qui transpire de ces voitures qui montre que Pixar a réussi son pari haut la main une fois de plus.
Certes, on pourra reprocher à ce film de perdre le mordant habituel de Pixar mais personnellement je trouve que ce que le film perd de ce côté il en regagne en emotion ce qui est tout aussi fort.

On trouve tout de même des jeux de mots utilisant le vocabulaire mécanique qui sont bien vue, il y a aussi une galerie de personnages attachants, ...
Le film est vraiment bien d'un bout à l'autre selon moi et Pixar réussi à nouveau ce mélange émotion/humour dont ils ont le secret.
Encore une fois je suis sous le charme du dernier Pixar et l'auto-parodie des anciens films en versions Cars se trouvant dans le générique final a vraiment achevé ce film sur une note plus que sympathique.

Bon d'un bout à l'autre on a qu'une envie, retourner faire un bout de route avec ces petites voitures.